Accueil > Nos autres luttes > Historique des luttes > CP06/03 La précarité n’a pas de genre

CP06/03 La précarité n’a pas de genre

vendredi 17 mars 2006, par Les Flamands Roses

L’homophobie dans le milieu professionnel est le premier motif pour lequel la ligne d’écoute de l’association SOS-Homophobie (0810 108 135) est contactée.
Les homosexuelLEs, les bis et les trans sont très exposéEs à la précarité dans le monde du travail : discriminations, harcèlement, insultes et diffamations sont leur lot souvent quotidien.

Quelques exemples-types :

Dominique est lesbienne. Elle travaille comme employée dans une entreprise de nettoyage. Elle n’entre pas dans le jeu de la séduction avec le patron. Elle se retrouve aux tâches les plus dures et aux horaires les moins pratiques de son service.

Nicolas est gay et séropositif. Il doit souvent s’absenter de son bureau pour suivre son traitement à l’hôpital. Depuis qu’il a évoqué son homosexualité devant ses collègues, il rencontre refus de promotion, graffitis et inscriptions homophobes. Il réagit parfois mal, et son chef de service l’accuse d’être à l’origine d’une mauvaise ambiance.

Mais Dominique et Nicolas ont un contrat de travail à durée indéterminée, ce qui les protège encore un peu. S’ils avaient signé un CNE ou un CPE, qu’en serait-il ? Un employeur homophobe serait libre de les licencier sans motif.

Les Flamands Roses exigent le retrait de la loi dite sur "l’égalité des chances" (en particulier le CPE) ainsi que l’abrogation du CNE. Par ailleurs nous nous alarmons du projet du Ministère de l’Intérieur sur la réforme du droit de séjour des étrangers : si cette loi était votée, les étudiants étrangers et les travailleurs immigrés verraient leur précarité encore aggravée.

Homos-Hétéros : tous ensemble contre la précarité !

Les Flamands Roses