Accueil > Journée contre l’homophobie et la transphobie > La journée contre l’Homophobie > La Journée contre l’Homophobie : historique des actions

La Journée contre l’Homophobie : historique des actions

vendredi 25 novembre 2005, par Kickoo

La lutte contre les discriminations homophobes est un objectif des Flamands Roses, et qui interagit avec d’autres actions (on voit les réactions homophobes lors de nos manifestations du 1er décembre contre le SIDA, ou en Avril lors de la Journée du Souvenir). Dès janvier 1993 l’association crée une commission "protestation" contre les propos homophobes. Celle-ci ne perdurera pas mais l’idée fera son chemin...

En 1999 l’association décida de faire une action tous les ans pour agir avec le public en dénonçant l’homophobie. Pour cela les Flamands tiennent un stand sur la Grand’Place ou place Rihour le dernier samedi de Mars pour interpeller le grand public du sujet de l’homophobie. Tractage, bien sûr, mais aussi débats et discussions animées.

Actions en 1999 :

JPEG - 29.4 ko

Colloque avec diverses associations : Amnesty International, Ligue des Droits de l’Homme, Contact Nord/Pas-de-Calais, le local inter associatif "J’en suis, j’y reste". 2 débats.
Suivi d’un buffet à la Maison de la Nature et de l’Environnement.
La journée se termina au "J’en suis, j’y reste" avec la participation d’un orchestre de jazz gayfriendly.

Actions du Samedi 25 mars 2000 :

Samedi 25 mars 2000, à Lille, s’est tenue la deuxième journée contre l’homophobie, organisée par les FR. Nous avons tenu un stand de 15 à 17h, place Rihour, et distribué un tract à cette occasion.
Peu (très peu...) de personnes ont répondu à l’appel à rassemblement que nous avions lancé pour 15h. Mais nous étions nombreux (salle comble) au débat organisé à 18h au JSJR, sur le thème :
"L’homophobie, est-elle un délit en France ?"
Nous avions invité : Eve Thieffry, avocate.
Participaient également Yannick Le Lec, du parti communiste, Annick Bataclan de LDH et Didier Calonne, conseiller municipal de Lille.
La journée s’est terminée par un buffet gratuit et la soirée habituelle du cocktail mensuel. Le tout très sympathique.

Le we précédent : un micro-trottoir à été réalisé à Euralille - question "connaissez-vous le sens du mot homophobie ?", on fut surpris des réponses obtenues ! Enormément de témoignages (positifs et négatifs) de toutes les générations, témoignages qui ne savaient pas en général ce que voulait dire "homophobie" (la peur de l’homme). Ce micro-trottoir a été diffusé le dimanche 26 mars sur Homosapiens.

Actions du Samedi 31 mars 2001 :

Les Flamands Roses ont organisé le 31 mars dernier la troisième journée contre l’homophobie, sous le nom cette année de "Journée contre l’Homophobie et pour le Respect des Différences".
La journée commençait par un rassemblement sur la grand place de Lille à 15 heures. Là, nous avons déployé la petite banderole des Flamands Roses. Un grand drapeau arc-en-ciel tenu par un sympathisant était très visible. Nous avons distribué des tracts et discuté avec les passants.
Suivaient ensuite deux débats au J’en suis-J’y reste. Le premier débat, "Des témoignages sur l’homophobie", avait pour invitées Christine Le Doaré de SOS-Homophobie et Raymonde Gérard de la Coordination Lesbienne Nationale. Notons que c’était la première venue à Lille de Christine Le Doaré. Une quarantaine des personnes a participé.
Le second débat, "L’homophobie : quelles réponses politiques ?", devait réunir des personnalités politiques. Aucune n’est venue. Nous avions écrit au parti socialiste, au parti communiste, aux verts et à la mairie de Lille. Ensuite nous avons beaucoup téléphoné pour relancer les invitations. Noël Dejonghe du parti socialiste avait pourtant confirmé sa venue par courrier. Mais son épouse a téléphoné le jour même pour nous informer que, grippé, il ne pourrait assister à notre journée contre "l’homophibie" (sic). Le PC et les verts n’ont envoyé personne et ne se sont toujours pas excusés à ce jour. Seuls Yannick Le Lec du PC et Ginette Verbrugghe, des verts, invités à titre personnel s’étaient excusés par courrier de leur absence prévisible. Le débat a malgré tout eu lieu entre nous notamment sur la question de l’absence de loi pénalisant l’homophobie. Une trentaine de personnes ont participé.
Puis vint le moment du buffet. Ce repas était proposé à prix libre. Suivit ensuite la soirée du traditionnel cocktail de fin de mois. De nombreuses personnes ont rejoint la journée à ce moment-là.
Les murs du J’en suis-J’y reste étaient décorés de deux expositions.
La première reprenait les photos de la Journée du Souvenir et expliquait la démarche de mémoire des Flamands Roses, sur la reconnaissance de la déportation homosexuelle en France.
La seconde consistait en des portraits photographiques réalisés au marché de Wazemmes le dimanche précédent : nous avions abordé des passants du marché en leur proposant d’être photographiés, éventuellement avec un message contre l’homophobie qu’ils pouvaient écrire sur une feuille de papier et tenir devant eux. Les personnes ainsi photographiées étaient invitées à venir le samedi récupérer leur portrait. Beaucoup de refus polis entendus mais néanmoins trente portraits ont été réalisés et une personne est venue avec l’intention de reprendre sa photo, qu’elle a en fait laissée.