Accueil > Journée contre l’homophobie et la transphobie > Historique des actions > CP05/12 Pas de discriminations au nom de la liberté d’expression (...)

CP05/12 Pas de discriminations au nom de la liberté d’expression !

samedi 10 décembre 2005, par Les Flamands Roses

13 décembre 2005 : Christian Vanneste en procès pour incitation à la haine homophobe

Christian Vanneste, député UMP de Tourcoing, sera jugé le 13 décembre prochain au Tribunal Correctionnel de Lille pour incitation à la haine homophobe. C. Vanneste a tenu le 7 décembre 2004 à l’Assemblée Nationale des propos homophobes, qu’il a réitérés dans la presse à de nombreuses reprises : "le comportement homosexuel est inférieur au comportement hétérosexuel", il est "une menace pour la survie de l’humanité", "le développement de l’homosexualité militante va de pair avec un déclin. La vie, c’est l’ordre et la hiérarchie des comportements". L’action en justice contre le député concerne ses déclarations dans les quotidiens La Voix du Nord du 26 janvier 2005 et Nord Eclair du 4 février 2005.

Nous devons combattre de tels propos qui prônent l’intolérance et légitiment les violences sexistes et homophobes. Dans un contexte de crise sociale, de montée de la précarité, du chômage et des discriminations, Christian Vanneste passe à l’offensive et choisit délibérément de s’en prendre aux personnes et associations LGBT (Lesbiennes, Gays, BisexuelLEs et TranssexuelLEs). Il utilise à des fins politiques les discriminations liées à l’orientation sexuelle et s’appuie sur l’inégalité des droits entre hétérosexuelLEs et homosexuelLEs dans notre pays.

D’une manière générale, Christian Vanneste se présente comme le défenseur d’un ordre moral aux relents nauséabonds : non content de tenir des propos homophobes, il remet en cause le droit à l’avortement et tente de réintroduire la peine de mort dans le droit français (proposition de loi n° 1521 de 2004). Il a également défendu la loi du 23 février 2005 demandant entre autres au corps enseignant de valoriser l’ouvre positive (sic) de la France dans ses anciennes colonies. Toutes ces prises de positions politiques conservatrices et réactionnaires forment un ensemble dont la cohérence nous alerte.

Christian Vanneste se pose en victime d’un "lobby homosexuel" et tente de se protéger en invoquant la liberté d’expression. Il cite partiellement les articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions. La libre circulation des pensées et des opinions est un des biens les plus précieux de l’homme". Mais il oublie que ces mêmes articles obligent chacunE à "répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi". De plus, l’article 4 affirme que "la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui." Nous pensons que les propos de C. Vanneste sont criminels : ils justifient les haines homophobes, renforcent le climat hostile aux personnes homosexuelles, peuvent affaiblir l’estime que ces personnes ont d’elles-mêmes, et contribuent à la multiplication des pratiques à risques et des tentatives de suicides chez les personnes LGBT.

Le procès du 13 décembre doit mettre fin à la répétition des propos homophobes de Christian Vanneste. Nous avons toujours réagi à ces propos par des actions et des prises de position publiques, et nous continuerons à être vigilantEs.

Nous appelons à un rassemblement le mardi 13 décembre à 14 heures devant le palais de justice de Lille, avenue du Peuple Belge.

Signataires au 5 décembre : Aides, APGL grand Nord, Centre LGBT " J’en suis J’y reste ", Chtio’homo, CNT, CSP 59, David et Jonathan, Faut qu’on s’active, Fédération Française des Centres LGBT, Les Flamands Roses, JCR, Les Jeunes Verts Lille-Métropole, LCR, GDAL, Groupement des Historiens Anciens et Actuels du Littoral, Lesbian and Gay Pride Lille, les Panthères Roses, le PASTT, PCF Tourcoing, PS Tourcoing, Ras l’Front, Rendez-Vous Chrétien, SCALP, SHARP Lille, les Sours de la Perpétuelle Indulgence couvent du Nord, SUD éduc, SUD étudiantE, les Verts Nord pas de Calais.