Accueil > Mémoire > La Mémoire de la Déportation > La mémoire de la déportation

La mémoire de la déportation

dimanche 11 décembre 2005, par Les Flamands Roses

Depuis leur création, les Flamands Roses agissent pour la reconnaissance de la déportation pour homosexualité. Plus d’un demi-siècle après la libération des camps nazis, les homosexuels hommes et femmes qui y ont été déportés n’ont toujours pas droit de cité dans les discours officiels français.
Notre action consiste à informer toujours plus largement le public de cette page d’histoire niée par les associations d’anciens déportés qui organisent les cérémonies du souvenir, et souvent oublié (évacuée ?) par les représentants de l’Etat.

Nous sommes donc systématiquement présents à la Noble Tour de Lille, le monument aux déportés, chaque année, mais tenus à l’écart par la police. Au fil des années, nous avons pourtant obtenu le soutien de Marie-Christine Blandin, Guy Hascoët et Martine Aubry.

Au-delà de ce moment symbolique, nous avons organisé des débats, donné nombre d’interviews, manifesté publiquement.
Une brochure historique sur le sujet que nous avons édité en 1994 est toujours disponible, et l’exposition qui en a été tirée a tourné dans de nombreux lieux.