Accueil > Prévention > La Prévention pratique > Préservatifs, gel et digues dentaires

Préservatifs, gel et digues dentaires

dimanche 13 novembre 2005, par Les Flamands Roses

Petit rappel : pour qu’il y ait contamination, il faut :
• présence du virus
• une porte d’entrée (plaie, muqueuse)
• un moyen de transport (sang, sperme)
Donc pour éviter la contamination, il faut empêcher l’accès à la porte d’entrée.

Le propos ici est de rappeler le B.A. BA de la prévention lors d’un rapport sexuel.

Donc pour tout rapport où le pénis entre en jeu (le petit coquin !!), pensez à l’habiller. Il faut sortir délicatement la capote de son emballage, afin de ne pas la déchirer. Le preso ne se pose convenablement que sur un sexe en érection (mais je suis sûr qu’il l’est déjà) et décalotté (pour les non-circoncis). Une goutte de lubrifiant au fond du préso rend le rapport plus agréable. Ensuite déroulez le préso sur le sexe (le votre ou un autre) en pinçant le bout afin de chasser l’air et de ménager un espace pour recueillir le sperme. Le sexe doit être entièrement recouvert et le préservatif ne doit pas vriller.

• Si vous avez cochez l’option "fellation" vous pouvez rentrer (ou ouvrir la bouche).
Si l’option "sodomie" est activée, les préparatifs ne sont pas finis : lubrifiez abondamment le préservatif avec un gel à base d’eau, sans oublier de décontracter l’anus du pénétré en utilisant également du gel. La glisse n’en sera que meilleure, et vous éviterez ainsi les risques de rupture si l’action devient plus violente.
ATTENTION !!!! Il faut utiliser impérativement un gel à base d’eau et en aucun cas un corps gras (vaseline, beurre, crème solaire ou certaine crème vendue en sex-shop [E..G.. par exemple]) car les corps gras rendent le latex de la capote poreux et donc inefficace à faire barrière, sans parler des risques de ruptures que l’on veut justement éviter.

Maintenant c’est tout bon, à vous de jouer. Une dernière chose, lors du retrait, pensez à maintenir le préservatif à la base du sexe, pour ne pas "l’oublier".

• Si le pénis n’est décidément pas votre truc car vous préférez le cunnilingus, là aussi les précautions s’imposent. De deux choses l’une, soit vous disposez de digues dentaires, ces carrés de latex qu’on utilise en chirurgie dentaire, soit vous n’en disposez pas.
Si vous avez ça sous la main, rien de plus simple : lubrifiez le latex du coté à appliquer sur le sexe, puis maintenez la digue sur le sexe de votre partenaire (ou inversement) durant le cunnilingus. Là encore le lubrifiant à employer est un gel à base d’eau. Les inconvénients de la digue dentaire sont qu’elle n’est pas facile à trouver, qu’elle coûte cher, et que le latex est assez épais (pas terrible coté sensation).
Donc si pour l’une de ces raisons vous n’avez pas de digue dentaire, vous pouvez en "fabriquer" avec des préservatifs. C’est facile et ça fait E.M.T. comme au collège : munissez-vous d’un préservatif soigneusement déballé (pour pas déchirer) et d’une paire de ciseaux. À l’aide des ciseaux, coupez le réservoir, puis découpez le préservatif dans le sens de la hauteur. Y’a plus qu’à dérouler pour obtenir un carré de latex et retour à la phase "lubrifiant". L’inconvénient c’est que ce genre de travaux manuels en préliminaires risque de vous casser votre coup ou vos envies, alors préparez votre carré à l’avance et gardez le non déroulé dans un petit sac plastique fermé hermétiquement. Attention toutefois, le latex se détériore au contact de l’air et de la lumière, donc pas la peine de faire tout un stock longtemps à l’avance.

• Le carré de latex est aussi utile lors d’un anulingus (feuille de rose) car cette pratique, si elle ne présente que peu de risque pour la contamination à VIH, est au contraire à fort risque pour la contamination à d’autres MST (Herpes, Hépatites...)

Ces bases étant bien assimilées, amusez-vous, mais n’oubliez pas d’imaginer, d’innover, d’inviter. Il existe quantité de pratiques toutes aussi jouissives et sans risque.